Dans le cadre de son Observatoire de la Parité, l’Association des Femmes experts-comptables (AFECA), en partenariat avec TELESCOP publie pour la 4ème année consécutive son étude sur la place des femmes (au 1er juin 2017) dans les conseils d’administration et de surveillance des entreprises d’Euronext et d’Alternext Paris. L’occasion de dresser le bilan de la loi Copé-Zimmermann votée en 2011 et dont le seuil obligatoire de 40% d’administratrices est entré en vigueur en janvier 2017.

3 enseignements :

  • l’objectif des 40 % d’administratrices n’est pas encore atteint : 34,8% pour les Big Caps du compartiment A, 30,6 % dans les Mid Caps du compartiment B et 28,3% dans les Small Caps du compartiment C.
  • ces entreprises doivent encore recruter 493 administratrices pour se mettre en conformité avec la loi et ne pas risquer des sanctions importantes (gel des jetons de l’ensemble des administrateurs et annulation des nouvelles nominations)
  • les femmes restent encore peu présentes dans les organes stratégiques de la gouvernance des entreprises : comités et présidence des conseils.

Pour Françoise Savés, présidente de l’Association des Femmes experts-comptables : « L’objectif n’est pas atteint malgré les progrès notables permis par les quotas. Or, dans le sillage des grandes entreprises cotées, ce sont les PME qui doivent maintenant s’engager dans cette dynamique puisque la loi sur l’égalité réelle entre les hommes et les femmes, adoptée en 2014, a étendu les quotas aux entreprises de plus de 250 salariés à l’horizon 2020. Les entreprises doivent se mobiliser car les candidates formées et compétentes en interne et en externe ne manquent pas ; il faut faire évoluer la culture en la matière. »

Consulter l’intégralité de l’étude