Le 18 décembre s’est tenu à l’Opéra-Comique, le Parlement du Féminin organisé par le Parlement des Entrepreneurs d’Avenir et Féminin Bio sur le thème : « Féminin, Masculin, pour un nouvel humanisme ». Notre association a pu présenter ses actions devant une salle comble.

La Secrétaire d’Etat en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes , Marlène SCHIAPPA s’est élevée contre l’absence de contrôle des obligations issues de la loi Copé-Zimmermann.

Nous rappelons que la loi, votée en 2011, impose depuis le 1er janvier 2017, aux entreprises de plus de 500 salariés et réalisant au moins 50 millions de CA ou dont le total de bilan s’élève à plus 50 millions d’euros, de compter au moins 40 % de femmes dans leur conseil d’administration.
Dès 2020, cette obligation sera étendue aux sociétés de plus de 250 salariés, remplissant les mêmes conditions de chiffres d’affaires et/ou de total bilan. Les sanctions sont connues : gel des jetons de présence et nullité de la nomination d’un nouvel administrateur, lorsque le conseil ne respecte pas le quota.

Mais qui contrôle cette obligation ? « Aujourd’hui personne », s’est émue Marlène SCHIAPPA.

L’Association a aussitôt fait entendre sa proposition sur le suj

et : le rapport de gestion doit intégrer le suivi du respect des quotas et ce sont les commissaires aux comptes qui doivent le contrôler dans le cadre de leurs vérifications spécifiques en y incluant un devoir d’alerte si nécessaire.
Une note a été transmise en ce sens à la Secrétaire d’Etat.

Marlène SCHIAPPA a ensuite souligné son attachement au concept de sororité qui désigne les liens entre les femmes qui se sentent des similitudes, des affinités, des vécus semblables, dus au fait qu’elles partagent la même condition féminine. Elle a donc salué le dynamisme des associations qui, par essence, s’inscrivent dans ce principe.

Partagez et faire suivre :