A l’occasion de la publication des résultats de l’étude AFECA en partenariat avec TELESCOP, la presse est largement revenue sur la place des femmes dans les conseils d’administration.
Sur les 625 entreprises cotées d’Euronext et d’Alternext Paris, le seuil des 40% de femmes fixé par la Copé-Zimmermann n’a pas été atteint par l’ensemble des entreprises. Il manquerait 493 administratrices.
Les sociétés qui ne respectent pas la loi encourent plusieurs sanctions : le gel des jetons de présence de l’ensemble des administrateurs ou l’annulation des nouvelles nominations.
Les entreprises, notamment les plus petites, doivent donc poursuivre leurs efforts pour franchir le seuil des 40%.
AFECA milite aujourd’hui pour l’organisation du service « après-loi » et demande que les organes de contrôle habituels de l’entreprise, auditeurs internes et externes, soient chargés de suivre l’application de la loi.