AFECA a dévoilé les résultats de sa nouvelle étude réalisée en partenariat avec TELESCOPE sur la place des administratrices dans les conseils et comités des sociétés cotées d’Euronext et Alternext Paris au mois de juin 2016.
Alors que les entreprises d’Euronext doivent atteindre le seuil de 40% d’administratrices en janvier 2017 pour se conformer au quota prévu par la Loi Copé-Zimmermann, l’étude met en lumière plusieurs points d’alerte notamment pour les petites et moyennes capitalisations :

  • La présence des femmes dans les conseils continue de progresser mais le rythme ralentit sauf pour les grosses capitalisations.
  • Et pourtant, il reste encore 608 administratrices à trouver sur Euronext pour atteindre les 40%.
  • Le vivier interne de femmes aux hautes fonctions exécutives ne semble pas suffisant : 12% dans les comités de direction des Big Caps, 17% dans les Mid Caps, 10% Small Caps, 10% Alternext.
  • Les femmes restent encore peu présentes dans les comités, véritables lieux de pouvoir des conseils où sont préparées les décisions, à l’exception de ceux d’éthique.

Au-delà du risque de non compliance et des sanctions encourues (gel des jetons des administrateurs et annulation des nouvelles nominations), AFECA considère que ces entreprises se privent surtout de l’avantage de transformer une contrainte quantitative en véritable opportunité qualitative de diversification des compétences.
Marie-Ange Andrieux et Marie-Dominique Cavalli, co-présidentes de l’association, invitent donc ces entreprises à opter pour des bonnes pratiques sur le long terme :
– faire appel à des réseaux externes qui, comme AFECA, proposent des profils sélectionnés, formés et mentorés adaptés aux besoins des conseils.
– faciliter les parcours internes, via le mentoring ou des politiques de valorisation du capital humain, pour permettre aux talents féminins d’accéder aux plus hautes responsabilité et augmenter ainsi le réservoir de profils d’administratrices.

Consulter la synthèse de l’étude